Un choc d’inflation venant des prix des matières premières peut-il être absorbé par les États ?

La guerre en Ukraine va renforcer la situation qui est apparue après la crise de la Covid : un prix élevé de l’énergie, des métaux, des matières premières agricoles. La question pour les gouvernements des pays européens est alors la suivante : les budgets des États doivent-ils et peuvent-ils absorber ce choc, pour éviter qu’il soit subi par les ménages et les entreprises ?

Probablement, la réponse est positive si :

  • le choc n’est pas permanent ;
  • les Banques Centrales maintiennent des taux d’intérêt bas malgré l’inflation ;
  • l’intervention des États ne fait pas disparaître le signal prix qui vient de la hausse des prix des matières premières et réduit la demande de ces matières premières.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
“Ce pays est en guerre…”
Suiv.
Point marché – Le crédit
Plus de publications