Espace | Les actualités économiques et financières

Un job sur la Lune ? Une idée pas si lointaine

Survivre, vivre, habiter, les 3 objectifs de la mission Artemis, qui signera le retour de l’Homme sur la Lune en 2025, sont clairs : il s’agit d’assurer une présence humaine pérenne sur notre astre naturel. Initiée par la NASA, cette mission rouvre la porte de l’espace. Une nouvelle ère débute, la Lune et Mars sont des lieux où l’on restera.

Pas moins de 150 missions d’exploration de la Lune sont prévues d’ici 2030. Le développement de l’économie entre la Terre et la Lune, qui préfigure l’aube d’une humanité multi-planétaire, est favorisé par la baisse exponentielle des coûts d’accès à l’espace, permise notamment par la réutilisation des fusées et vaisseaux spatiaux. La chute du coût d’envoi dans l’espace de satellites, de plus en plus petits et de moins en moins énergivores est continue – plus de 33 000 satellites devraient être lancés ces 10 prochaines années. Les missions de transport d’astronautes, de fournitures et d’infrastructures devraient être le moteur le plus puissant de croissance de l’économie spatiale et générer 216 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, selon un récent rapport du Northern Sky Research. Un rapport qui souligne l’ampleur de la croissance de l’industrie spatiale, dont le marché devrait atteindre 633 milliards de dollars d’ici 2030.

Les acteurs établis et émergents sont de plus en plus nombreux à envisager de nouvelles opportunités de revenus issus du développement lunaire et des missions d’exploration interplanétaires. Dans le sillage de la station orbitale Lunar Gateway, tremplin des futurs vols habités plus lointains auquel contribuent la NASA, l’agence spatiale européenne et des entreprises privées, la conception de stations spatiales privées a commencé. Certaines applications sont déjà susceptibles de représenter des opportunités de croissance. C’est le cas du canadien MDA, qui fournit des outils robotiques et électroniques pour les missions spatiales.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Prec.
Le français Assystem au cœur de la relance du nucléaire civil
Suiv.
Xi Jinping : Le dernier Empereur
Pour aller plus loin