Une journée sur les marchés : le 02.02.23

Que retenir de la journée :
Les indices actions européens ont clôturé en hausse après les annonces de la BCE et de la BoE au lendemain de celle de la Réserve fédérale américaine, également bien accueillie, qui soutenaient le secteur technologique.
La Banque d’Angleterre a relevé son taux directeur de 50bps à 4%, au plus haut depuis 2008 pour contrer une inflation tenace au Royaume-Uni, mais a ouvert la voie à la fin du cycle de resserrement.
La BCE a relevé ses taux d’intérêt pour la cinquième fois consécutive et a annoncé une nouvelle hausse de 50bps.
Aux Etats-Unis, les demandes initiales d’allocations chômage ont diminué à 183 000 au cours de la semaine se terminant le 28 janvier, contre un niveau non révisé de 186 000 la semaine précédente.

Marchés actions

Performance des indices actions européens sur la journée de Jeudi : DAX INDEX +2,16% (15.509 pts), EURO STOXX 50 +1,67% (4.241 pts), FTSE MIB +1,49% (27.100 pts), IBEX 35 +1,45% (9.229 pts), CAC 40 +1,26% (7.166 pts), FTSE 100 +0,76% (7.820 pts).

Les indices actions européens ont clôturé en hausse après les annonces de la BCE et de la BoE au lendemain de celle de la Réserve fédérale américaine, également bien accueillie, qui soutenaient le secteur technologique.

Les investisseurs espèrent toujours que le cycle de remontée de taux prendra prochainement fin, bien que Christine Lagarde ait écarté cette hypothèse et que des sources ont rapporté qu’une hausse en mai était possible.

Coté banque centrale, la Banque d’Angleterre a relevé son taux directeur de 50bps à 4%, au plus haut depuis 2008 pour contrer une inflation tenace au Royaume-Uni, mais a ouvert la voie à la fin du cycle de resserrement. Sept des neuf membres du comité de politique monétaire de la BOE ont voté en faveur de cette hausse, les deux derniers s’étant prononcés pour un statu quo. La BOE a indiqué que de nouvelles hausses des taux étaient possibles, mais seulement si l’inflation menaçait de rester élevée pendant une période plus longue qu’anticipé actuellement.La BoE prévoit désormais une contraction de 0,5% du PIB cette année, contre -1,5% prévu précédemment, et la récession devrait courir sur cinq trimestres, et non plus huit.

De plus, la BCE a relevé ses taux d’intérêt pour la cinquième fois consécutive et a annoncé une nouvelle hausse de 50bps lors de la prochaine réunion en mars, poursuivant ainsi le resserrement de sa politique monétaire alors même que d’autres grands instituts d’émission réduisent le rythme. La BCE a augmenté d’un demi-point ses trois taux directeurs, le taux de la facilité de dépôt étant ainsi porté à 2,5%, le taux de refinancement à 3,0%, le taux de prêt marginal à 3,25%. A compter de mars, la BCE compte réduire, à raison de 15Mds€ en moyenne par mois, la taille de son bilan gorgé de dette privée et publique accumulée durant les années où l’institution a massivement soutenu l’économie.

Coté Résultats, ABB (3,26%) a annoncé au titre de l’exercice écoulé un BPA de base en chute de 43% à 1,30$ et un EBITA opérationnel de 4,51Mds$, soit une marge accrue de 1,1 point à 15,3% pour un chiffre d’affaires en hausse de 2% à plus de 29,4Mds$. Pour 2022, les entrées de commandes ont atteint 33,99Mds$, en hausse de 7%, tandis que les recettes ont grappillé 2% (+12%) à 29,45 milliards.

BANCO SANTANDER (+5,73%) : Le bénéfice attribuable a augmenté de 18,2% à 9,61Mds€, contre 8,12Mds€. Le BPA a augmenté de 23,1%, passant de 0,438€ à 0,539€. Le revenu total de l’année a augmenté de 12,3 % à 52,11Mds€, soutenu par une augmentation de 15,7% des revenus nets d’intérêts.

BT (+1,36%) a publié un C.A ajusté de 15,55Mds£ au titre de la période de neuf mois s’étant achevée le 31 décembre, en recul de 1% par rapport à la même période un an plus tôt et stable à 15,3 Mds£. L’EBITDA[2] ajusté sur 9 mois progresse de 3%, à 5,88 Mds£, et le bénéfice après impôts s’établit à 1,32 Md£, +49% par rapport à la même période il y a douze mois.

DASSAULT SYSTEMES (+12,39%) : Le C.A est ressorti à 1,58Mds€, en hausse de 16% à données publiées et de 10% à taux de change constants. Pour 2023, Dassault Systèmes table, en données ajustées, sur un chiffre d’affaires compris entre 5,93 et 5,98Mds€, en hausse de 8 à 9% à taux de change constants par rapport à 2022. Le chiffre d’affaires licences devrait lui croître de 2% à 5%.

DANSKE BANK (-5,04%) a subi une perte de 5,1Mds de couronnes, contre un bénéfice de 12,9 milliards un an plus tôt. Le C.A de la banque, a lui reculé de 3% à 41,2Mds.

DEUTSCHE BANK (-6,48%) a annoncé avoir dégagé en 2022 un bénéfice net part du groupe multiplié par 2,6 par rapport à l’an passé, à 5,03Mds€, le meilleur depuis 2007. Les recettes ont grimpé de 7% l’an dernier, à 27,2Mds€.

INFINEON (+7,96%) : Au cours du trimestre clos le 31 décembre, le bénéfice net a crû à 728M€, contre 457M€ un an plus tôt. Le bénéfice “segment” a atteint 1,11 milliard d’euros, contre 717 millions d’euros un an plus tôt, générant une marge de 28%.

ING (-5,36%) a enregistré une baisse de 23,1% de son bénéfice pour l’ensemble de l’exercice 2022. Le résultat net du créancier néerlandais s’est établi à 3,67Mds€ en 2022, contre 4,78Mds€ l’année précédente. Le revenu total, quant à lui, a grimpé de 0,4 % à 18,56Mds€.

JULIUS BAER (+3,32%) a affiché une baisse de 12% à 950MCHF pour 2022, contre 1,08Md CHF en 2021, tandis que les actifs sous gestion ont diminué de 12%.

PUBLICIS (+6,36%) : Le revenu net de 2022 a été de 12,5Mds€, en hausse de 19,9% par rapport à 10,4Mds€ en 2021. La croissance organique s’élève à +10,1% en 2022 par rapport à 2021.

ROCHE (-1,99%) : L’an dernier, le C.A du groupe a augmenté de 1% pour atteindre 63,3Mds CHF, dépassant ainsi les attentes du marché qui tablait sur 63,2Mds CHF, tandis que le bénéfice d’exploitation de base a augmenté de 1% pour atteindre 22,2Mds CHF.

SIEMENS GAMESA (0%) : La perte nette au cours de la période, le premier trimestre de son exercice 2023, s’est élevée à 884M€ et se compare à une perte de 403M€ au cours de la même période en 2021.

SIEMENS HEALTHINEERS (+8,94%) : Le bénéfice avant intérêts et impôts (Ebit[4]) ajusté a lui chuté de 28% à 647M€ sur ce trimestre clos fin décembre, contre un consensus de 663 M€. Le C.A pour la période de trois mois a légèrement augmenté, passant de 5,07Mds€ à 5,08Mds€.

 Plus tôt ce matin en Asie, les marchés ont fini en ordre dispersé : KOSPI +0,78% (2.468 pts), NIKKEI 225 +0,20% (27.402pts), ASX 200 +0,13% (7.511 pts), SHANGHAI COMP +0,02% (3.285 pts), SHENZHEN COMP -0,35% (4.181 pts), TOPIX -0,36% (1.965 pts), HANG SENG -0,52% (21.958 pts)

 À la clôture des marchés européens, les indices actions américains évoluaient en ordre dispersé : Le NASDAQ et le S&P 500 étaient en forte hausse tandis que le DOW JONES[3] était dans le rouge.

Coté Résultats, BRISTOL MYERS a annoncé un bénéfice non GAAP de 1,82 $ par action diluée pour le quatrième trimestre, contre 1,84$ un an plus tôt. Le C.A du trimestre clos le 31 décembre s’est élevé à 11,41Mds$, contre 11,99 milliards de dollars un an plus tôt.

ELI LILLY : Le bénéfice ajusté a chuté de 4% à 2,09$ par action pour le trimestre de décembre, mais a dépassé le consensus de 1,85$. Le C.A a diminué, passant de 8Mds à 7,3Mds$.

ESTEE LAUDER a publié un bénéfice ajusté pour le deuxième trimestre fiscal de 1,54$ par action diluée, en baisse par rapport à 3,01$ par action un an plus tôt. Le C.A net pour le trimestre clos le 31 décembre était de 4,62Mds$, en baisse par rapport aux 5,54Mds$ de l’année précédente.

HONEYWELL a enregistré une baisse de 28,6 % de son bénéfice au quatrième trimestre. Le bénéfice net est tombé à 1,02Mds$, soit 1,51$/action lors du T4, contre 1,43Mds$, soit 2,05$/action, un an plus tôt.

MERCK a annoncé un bénéfice ajusté de 1,62$ par action au quatrième trimestre, en baisse par rapport à 1,81$ un an plus tôt. Le C.A du trimestre clos le 31 décembre s’est élevé à 13,83Mds$, contre 13,52Mds$ un an plus tôt.

  • S&P 500 : +1,67% (4.187 pts)
  • NASDAQ : +3,15% (12.187 pts)
  • DOW JONES : -0,46% (33.938 pts)

Matières premières

À la clôture des marchés européens, le WTI et le BRENT montaient de +0,14% et de +0,06% à 76,53$ et 82,85$ le baril (Contrat Futures Mars et Avril 2023).

Marchés taux

Sur la journée, les rendements à 10 ans se sont fortement resserrés en Europe et aux Etats-Unis.

Rendements des Obligations d’États à 10 ans sur la journée de Jeudi :

  • 10 ans américain : +3,39% (-2,2 bps)
  • 10 ans anglais : +3,00% (-30,1 bps)
  • 10 ans allemand : +2,06% (-21,3 bps)
  • 10 ans français : +2,51% (-23,7 bps)
  • 10 ans italien : +3,89% (-39,5 bps)
  • 10 ans espagnol : +2,98% (-29,2 bps)
  • 10 ans portugais : +2,88% (-29,0 bps)

Macroéconomie

ALLEMAGNE : Les importations ont grimpé de 24,3%, à 1488,1 milliards d’euros, tandis que les exportations ont augmenté de 14,3%, à 1.564,1 milliards d’euros.

 ETATS-UNIS : Les demandes initiales d’allocations chômage ont diminué à 183k au cours de la semaine se terminant le 28 janvier, contre un niveau non révisé de 186k la semaine précédente.

– La productivité non-agricole a augmenté de 3% au quatrième trimestre 2022 en rythme annualisé, après un recul de 1,4% au trimestre précédent.  

– Après un repli de 1,9% au mois de novembre, les commandes industrielles se sont redressées de 1,8% (contre +2,3% attendu).

Les indicateurs économiques de demain

Vendredi, nous aurons les PMIs Services et Composites en Chine, au Japon, en Australie, en Espagne, en Italie, en France, en Allemagne, en Zone Euro et au Royaume-Uni.

Dans l’après-midi, nous aurons aux Etats-Unis : Le salaire horaire moyen, les créations d’emplois dans le secteur non agricole, le taux de participation, le taux de chômage et l’ISM Services[1].

Ce document est conçu exclusivement à des fins d’information. Financial Networking Group décline toute responsabilité en cas d’altération, déformation ou falsification dont ce document pourrait faire l’objet. Toute modification, utilisation ou diffusion non autorisée, en tout ou partie de quelque manière que ce soit est interdite. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les informations contenues dans cette publication sont basées sur des sources que nous considérons fiables, mais nous ne garantissons pas qu’elles soient exactes, complètes, valides ou à propos. Le support non contractuel ne constitue en aucun cas une recommandation, une sollicitation d’offre, ou une offre d’achat, de vente ou d’arbitrage, et ne doit en aucun cas être interprété comme tel.

Termes et définitions
1. ISM services ( ISM Services ) L’indice ISM Services est un indicateur économique qui mesure la santé des services aux États-Unis. Il est composé…
2. EBITDA ( EBITDA ) L’EBITDA (Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation, and Amortization) est une mesure de la performance financière d’une entreprise. En…
3. Dow Jones ( DOW JONES ) Le Dow Jones Industrial Average (DJIA) est un indice boursier des États-Unis composé des 30 plus grandes entreprises…
4. EBIT ( Ebit ) L'EBIT (Earnings Before Interest and Taxes), ou Résultat Opérationnel en français, est un indicateur financier clé utilisé pour évaluer la performance d'une entreprise.
Prec.
Chaud devant pour les banquiers centraux !
Suiv.
La pénurie croissante d’employés qualifiés est une opportunité pour l’allemand Amadeus FiRe
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.