Wall street | Les actualités économiques et financières

Une journée sur les marchés : le 18.01.23

QUE RETENIR DE LA JOURNÉE :
Les indices actions européens ont clôturé en ordre dispersé ans une séance volatile où les investisseurs ont été partagés entre des indicateurs montrant une baisse des pressions inflationnistes aux Etats-Unis et les déclarations des responsables de la FED en faveur d’une poursuite de la hausse des taux d’intérêt.
La BoJ a maintenu ses objectifs de contrôle de la courbe des taux à -0,1 % pour les taux d’intérêt à court terme et autour de 0 % pour le rendement à 10 ans.
Les ventes de détail aux Etats-Unis ont reculé de 1,1% en décembre par rapport au mois précédent.

MARCHÉS ACTIONS

 Performance des indices actions européens sur la journée de Mercredi :  IBEX 35 +0,48% (8,933 pts), FTSE MIB +0,27% (26.052 pts), CAC 40 +0,09% (7,083 pts), EURO STOXX 50 0% (4,174 pts), DAX INDEX -0,03% (15.181 pts), FTSE 100 -0,26% (7.830 pts).

Les indices actions européens ont clôturé en ordre dispersé ans une séance volatile où les investisseurs ont été partagés entre des indicateurs montrant une baisse des pressions inflationnistes aux Etats-Unis et les déclarations des responsables de la FED en faveur d’une poursuite de la hausse des taux d’intérêt. Les marchés actions européens qui avaient profité dans la matinée de la perspective d’une récession moins sévère que redouté en Allemagne et d’une information selon laquelle la BCE pourrait se contenter de relever ses taux de seulement de 25bps en mars, ont réduit progressivement leurs gains au fur et à mesure que Wall Street s’enfonçait dans le rouge

 L’Allemagne devrait éviter de justesse la récession cette année avec une croissance de 0,2% ajustée aux prix, a déclaré une source citant des estimations non finalisées du projet de rapport économique annuel du gouvernement.

Coté secteurs européens, les secteur des Basics Ressources (+2,44%), de la Technologie (+1,22%), des voyages et loisirs (+1,12%) et de la Construction (+1,03%) ont fini en hausse tandis que les secteurs de la Nourriture (-1,37%), de l’Immobilier (-1,18%), des Télécoms (-0,71%) et des Utilities (-0,37%) ont clôturé dans le rouge. 

Coté BCE, le personnel de la Banque centrale perd confiance dans la direction de l’institut d’émission en raison de son incapacité à endiguer l’inflation et d’un désaccord sur les salaires, montrent les conclusions d’un sondage du syndicat IPSO.

Coté Résultats, ASM INTERNATIONAL (+9,78%) a publié un C.A au 4ème trimestre d’environ 720M€, un chiffre au-dessus de sa fourchette de prévision de 630 à 660M€, lié notamment à l’amélioration de la situation dans la chaîne d’approvisionnement.

BARRY CAKKEBAUT (+1,33%)  a affiché de nouvelles prévisions à moyen terme sur trois ans pour 2023-24 à 2025-26, consistant en des croissances moyennes de +4 à 6% des volumes et de +8 à 10% de l’EBIT en monnaies locales, avec une nouvelle amélioration du ROIC. Sur son 1er trimestre 2022-23, il revendique un C.A  de 2,1Mds CHF, en hausse de 7,2% en monnaies locales, pour un volume des ventes en repli de 5,1% dans un marché globalement en baisse.

BASF (+0,55%) a annoncé une perte nette annuelle de 1,4Md€, plombé par une dépréciation de 7,3Mds€ liée en grande partie au départ de sa filiale Wintershall Dea de Russie.

BURBERRY (+3,3%) a vu la croissance de ses ventes à périmètre comparable fortement ralentir pour s’établir à 1% sur les trois derniers mois de l’année, les perturbations liées au COVID-19 en Chine ayant contrebalancé une meilleure performance en Europe.

CONTINENTAL (-2,99%) a fait état d’une marge bénéficiaire ajustée de 5% en 2022, une performance qui se situe dans le bas de ses prévisions, et des ventes de 39,4 milliards d’euros, selon des résultats préliminaires.

JUST EAT TAKEAWAY (+4,64%) a annoncé une baisse plus forte que prévu des commandes au quatrième trimestre, en raison des mauvais résultats de son activité aux Etats-Unis, Grubhub. La société a déclaré que son EBITDA ajusté pour le 2nd semestre 2022 a grimpé à environ 150M€, contre 134M€ négatifs au premier semestre.

PEARSON (+1,66%) a déclaré qu’il afficherait un bénéfice d’exploitation ajusté d’environ 455M£ pour 2022 (+11%) ce qui le place au-dessus des attentes des analystes, sur des ventes sous-jacentes en hausse de 5%.

COMPAGNIE FINANCIÈRE RICHEMONT (+0,66%) a publié une hausse inférieure aux attentes de son chiffre d’affaires trimestriel à cause de la baisse de 24% des ventes en Chine continentale. Richemont a enregistré des ventes de 5,4Mds€ au cours des trois derniers mois de 2022, contre 4,98mds€ un an plus tôt.

Coté Résultats, LUFTHANSA (+5,17%) a fait une offre pour une participation minoritaire dans la compagnie aérienne publique italienne ITA Airways.

Plus tôt ce matin en Asie, les indices actions ont fini en ordre dispersé : NIKKEI 225 +2,50% (26.791 pts), TOPIX +1,68% (1.934 pts), HANG SENG +0,47% (21.678 pts), SHENZHEN COMP +0,18% (2.097pts), ASX 200 +0,10% (7.393 pts), SHANGHAI COMP +0,01% (3.224 pts), CSI 300 -0,17% (4.130 pts), KOSPI -0,47% (2.368 pts).

 La Banque du Japon a maintenu les taux d’intérêt à des niveaux ultra-bas et a maintenu son plafond de rendement obligataire, défiant les attentes du marché selon lesquelles elle assouplirait son programme de relance dans un contexte d’inflation croissante. Suite à un vote unanime, la BoJ a maintenu ses objectifs de contrôle de la courbe des taux à – 0,1 % pour les taux d’intérêt à court terme et autour de 0 % pour le rendement à 10 ans. La BOJ a ajouté qu’elle poursuivra son assouplissement monétaire quantitatif et qualitatif avec un contrôle de la courbe des taux pour atteindre la stabilité des prix à 2 %, “aussi longtemps que cela sera nécessaire pour maintenir cet objectif de manière stable.” La BoJ a notamment reconduit sa décision prise le mois dernier d’élargir la fourchette de fluctuation qu’elle tolère sur les rendements des emprunts d’Etat à dix ans.

À la clôture des marchés européens, les indices actions américains évoluaient en légère baisse, pointant un ralentissement économique, ce qui affaiblissait aussi le dollar.

Coté FED, le président de la FED de Saint-Louis, James Bullard, a déclaré que les décideurs de la FED devraient porter le taux d’intérêt directeur au-dessus de 5 % “aussi rapidement que possible” avant de mettre en pause les augmentations de taux nécessaires pour lutter contre une flambée d’inflation en cours.

De plus, la Présidente de la FED de Cleveland a surenchéri en déclarant que la FED devait relever “un peu” ses taux d’intérêt au-dessus de la fourchette de 5,00% à 5,25% afin, dit-elle, de juguler l’inflation.

  • S&P 500 : -0,75% (3.961 pts)
  • NASDAQ : -0,64% (11.023 pts)
  • DOW JONES : -1,06% (33.550 pts)

MATIÈRES PREMIÈRES

À la clôture des marchés européens, les cours du pétrole évoluaient dans le vert : Le WTI et le BRENT montaient de +0,95% et +0,58% à 80,88$ et à 86,40$ (Contrat Futures Février et Mars 2023).  Les cours pétroliers ont été soutenus par la Chine, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) ayant déclaré que la fin de la politique “zéro COVID” en Chine devrait relancer la demande mondiale de pétrole cette année.

MARCHÉS TAUX

Sur la journée, les rendements à 10 ans se sont resserrés en Europe et aux Etats-Unis.

Rendements des Obligations d’États à 10 ans sur la journée de Mercredi :

  • 10 ans allemand : +2,01% (-7,2 bps)
  • 10 ans américain : +3,42% (-12,3 bps)
  • 10 ans anglais : +3,30% (-1,1 bps)
  • 10 ans français : +2,44% (-9,3 bps)
  • 10 ans italien : +3,74% (-13,4 bps)
  • 10 ans espagnol : +2,95% (-10,2 bps)
  • 10 ans portugais : +2,84% (-11,2 bps)

MACROECONOMIE

JAPON : La production industrielle en novembre a augmenté de 0,2% par rapport à octobre, après correction des variations saisonnières, mais a reculé de 0,9% par rapport à l’année précédente.

– Les stocks ont augmenté de 0,3 % en novembre, en données corrigées des variations saisonnières, par rapport au mois précédent, et ont augmenté de 3,8 % sur un an.

– La capacité de production industrielle du Japon a affiché un indice de 95,5 en novembre, inchangé par rapport à octobre, mais en baisse de 0,6 % sur un an.

 ZONE EURO : Eurostat a indiqué que les prix dans les 20 pays partageant l’euro ont baissé de 0,4% en glissement mensuel pour une hausse de 9,2% en glissement annuel.

 ROYAUME-UNI : L’indice des prix à la consommation a augmenté de 10,5% en rythme annuel le mois dernier, contre une hausse de 10,7% en novembre.

 ETATS-UNIS : Les ventes de détail ont reculé de 1,1% en décembre par rapport au mois précédent.

– Les prix à la production se sont tassés de 0,5% en décembre 2022 par rapport au mois précédent, mais ont augmenté de 0,1% hors alimentation, énergie et services commerciaux.

– La Production Industrielle a encore reculé le mois dernier, de 0,7%, selon la Réserve fédérale,  

– La Production Manufacturière a accusé une baisse de 1,3% après une contraction de 1,1% en novembre.

– L’Utilisation globale des capacités du secteur industriel a diminué de 0,6% pour atteindre 78,8 %.

– Les Stocks des entreprises américaines ont augmenté de +0,4% en novembre, soit un gain de 15,1% sur un an.

– Les Ventes des entreprises ont reculé de 0,8% tout en affichant encore une progression de 7,4% sur 12 mois.

–  L’indice NAHB/Wells Fargo du marché du logement a augmenté de 4 points pour atteindre 35 ce mois-ci.

LES INDICATEURS ECONOMIQUES DE DEMAIN

Jeudi, nous aurons : La balance commerciale au Japon, les chiffres de l’emploi en Australie et la publication du compte rendu de la BCE. Dans l’après-midi, nous aurons aux Etats-Unis les permis de construire, les mises en chantier, les inscriptions au chômage, l’indice manufacturier de la FED de Philadelphie et les stocks de pétrole.

DISCLAIMER

Ce document est conçu exclusivement à des fins d’information. Financial Networking Group décline toute responsabilité en cas d’altération, déformation ou falsification dont ce document pourrait faire l’objet. Toute modification, utilisation ou diffusion non autorisée, en tout ou partie de quelque manière que ce soit est interdite. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les informations contenues dans cette publication sont basées sur des sources que nous considérons fiables, mais nous ne garantissons pas qu’elles soient exactes, complètes, valides ou à propos. Le support non contractuel ne constitue en aucun cas une recommandation, une sollicitation d’offre, ou une offre d’achat, de vente ou d’arbitrage, et ne doit en aucun cas être interprété comme tel.

Total
0
Shares
Prev
Les marchés financiers ont-ils oublié la récession ?
Next
Pourquoi les « Green Capex » des entreprises devraient-elles augmenter ?