Marchés financiers | Les actualités économiques et financières

Une journée sur les marchés : le 19.01.23

QUE RETENIR DE LA JOURNÉE :
Les indices actions européens ont clôturé en baisse devant la dégradation des perspectives économiques et des déclarations de banquiers centraux qui ont calmé les ardeurs acheteuses des investisseurs, y compris en Europe.
Klaas Knot a déclaré que l’inflation de base dans la zone euro n’a montré aucun signe de ralentissement si bien que BCE devra continuer à resserrer sa politique monétaire au moins jusqu’à la fin du 1er semestre.
Dans une note, JPMorgan a estimé que l’économie de la zone euro devrait éviter une récession cet hiver grâce à la baisse des prix du gaz naturel.
Le Trésor américain a commencé à prendre des mesures pour éviter un défaut de paiement de la dette publique, alors que le Congrès se dirige vers un affrontement à fort enjeu entre Démocrates et Républicains sur le relèvement de la limite d’emprunt.
Les inscriptions au chômage ont diminué aux Etats-Unis la semaine dernière, à 190.000 contre 205.000 la semaine précédente.

MARCHÉS ACTIONS

Performance des indices actions européens sur la journée de Jeudi : SMI INDEX -0,95% (11.258 pts), FTSE -1,07% (7.747 pts), IBEX 35 -1,57% (8.793 pts), DAX INDEX -1,72% (14.920 pts), FTSE MIB -1,75% (25.596 pts), CAC -1,86% (6.951 pts), EURO STOXX 50 -1,92% (4.094 pts)

Les indices actions européens ont clôturé en baisse devant la dégradation des perspectives économiques et des déclarations de banquiers centraux qui calmaient les ardeurs acheteuses des investisseurs, y compris en Europe.

Les banquiers centraux ont répété depuis deux jours leur détermination à rester vigilants face à l’inflation, que ce soit James Bullard pour la FED ou Klaas Knot, un des gouverneurs de la BCE. De plus, les statistiques économiques aux Etats-Unis continuent aussi de peser sur la tendance, comme l’activité manufacturière de la région très industrialisée de Philadelphie qui a enchaîné en janvier avec un cinquième mois consécutif de contraction de son activité.

Coté BCE, la banque centrale continuera à relever ses taux d’intérêt et les laissera en territoire restrictif aussi longtemps qu’il le faudra pour ramener l’inflation vers l’objectif à moyen terme de 2%, a déclaré Lagarde.

Aussi, Klaas Knot a déclaré que l’inflation de base dans la zone euro n’ a montré aucun signe de ralentissement si bien que BCE devra continuer à resserrer sa politique monétaire au moins jusqu’à la fin du 1er semestre. Il a indiqué que la BCE devra encore augmenter ses taux d’intérêt de 50bps plus d’une fois pour dompter l’inflation.

De plus, le compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la BCE a mis en évidence des divergences au sein du conseil des gouverneurs sur l’ampleur de la hausse des taux directeurs et la réduction du portefeuille d’actifs décidée en décembre.

Coté BoE, Andrew Bailey, a déclaré qu’il y avait maintenant plus d’optimisme quant aux perspectives de baisse de l’inflation cette année. Il a indiqué que la BoE ne visait pas un pic pour les taux d’intérêt mais a souligné que les marchés s’attendaient désormais à ce que les taux de la BoE ne montent pas au-dessus de 4,5% environ.

Coté Résultats, BANKITER (-2,90%) a signé un bénéfice annuel en hausse de 28,1 %, à 560M€, renouant ainsi avec ses niveaux pré-pandémiques et atteignant avec 1 an d’avance l’objectif de bénéfices qu’elle s’était fixé pour 2023. 

BELIMO (+2,54%) a vu ses ventes bondir de 10,7% au regard de 2021 à 846,9M CHF.

BOOHOO (-8,43%) a vu ses ventes baissées de 12% en 2022, pour une marge bénéficiaire de base de 3,5%.

DELIVEROO (+2,40%) a déclaré que la valeur brute de transaction de ses commandes pour le 4ème trimestre de ses activités continues a augmenté de 6% pour atteindre 1,8Md£ l’inflation des prix des articles ayant compensé une baisse de 2 % du nombre de commandes.

DR MARTENS (-30,74%) a abaissé ses perspectives de revenus pour l’exercice 2023 après que la croissance du C.A du troisième trimestre clos le 31 décembre 2022 ait été inférieure à ses attentes. Le C.A a augmenté de 9% d’une année sur l’autre pour atteindre 335,9M£ au 3ème trimestre fiscal, mais le chiffre est resté en deçà de ses attentes en raison d’une croissance plus lente que prévu de la vente directe aux consommateurs en Amérique et de défis opérationnels dans son centre de distribution de Los Angeles, aux États-Unis.

GALENICA (-0,14%) a franchi l’an dernier pour la première fois la barre des 4mds CHF de C.A, à la faveur d’une croissance de 4,7%. Les revenus des services et produits de santé se sont étoffés de 5% à 2,03Mds CHF.

GEBERIT (-1,39%) a vu sur les 12 derniers mois ses recettes nettes reculer de 2% à 3,39Mds CHF. Le recul a été encore plus marqué au seul 4ème trimestre, où le C.A s’est élevé à 667M CHF, en baisse de 13,6% sur un an et en repli de 7,2% hors effets de changes.

SAGE (-2,72%) : Les revenus récurrents ont grimpé de 12% d’une année sur l’autre pour atteindre 517M£ au cours du trimestre clos le 31 décembre 2022, grâce à une croissance de 31 % de sa division Business Cloud.

SUSE SA (-4,78%) a réussi à endiguer ses pertes au cours du dernier exercice. Le spécialiste des systèmes d’exploitation Linux a enregistré un déficit de 39,5M$. Le C.A  a augmenté de 17% sur l’ensemble de l’année pour atteindre 653M$ , la marge avant intérêts, impôts et amortissements corrigée des effets spéciaux a atteint 37%, comme l’année précédente.

VIRBAC (+6,14%) a affiché une croissance organique a atteint 9,6% en 2022, portant le revenu annuel à 1,216 Md€. Le laboratoire vétérinaire vise 4 à 6% de croissance cette année et une marge opérationnelle de 13 à 14%.

Plus tôt ce matin en Asie, les indices actions ont fini en ordre dispersé : SHENZHEN COMP +0,67% (2.112 pts), CSI 300 +0,62% (4.156 pts), ASX 200 +0,57% (7.435 pts), KOSPI INDEX +0,51% (2.380 pts), SHANGHAI COMP +0,49% (3.240 pts), HANG SENG -0,12% (21.650 pts), TOPIX -1% (1.915 pts), NIKKEI 225 -1,44% (26.405 pts

 À la clôture des marchés européens, les indices actions américains évoluaient en légère baisse, prolongeant les pertes de la session précédente après que les ventes au détail et les prix à la production américains aient glissé plus que prévu, tandis que les traders digéraient une autre série de données économiques.

Côté politique, le Trésor américain a commencé à prendre des mesures pour éviter un défaut de paiement de la dette publique, alors que le Congrès se dirige vers un affrontement à fort enjeu entre Démocrates et Républicains sur le relèvement de la limite d’emprunt. De telles “mesures extraordinaires” peuvent aider à réduire le montant de la dette en cours soumise à la limite, actuellement fixée à 31,4 trillions USD, mais le Trésor a prévenu que ces outils ne seraient utiles que pour un temps limité, probablement pas plus de six mois. “Je demande respectueusement au Congrès d’agir rapidement pour protéger la pleine foi et le crédit des États-Unis”, a déclaré la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, dans une lettre adressée jeudi aux dirigeants du Congrès.

Coté FED, la Réserve fédérale devra probablement augmenter les taux d’intérêt à un niveau “juste au-dessus” de 5 % et les maintenir à ce niveau pendant un certain temps, a déclaré la présidente de la FED de Boston, Susan Collins, le dernier banquier central américain à maintenir qu’un taux directeur plus élevé est nécessaire pour réussir à faire baisser l’inflation.

Coté Résultats, PROCTER & GAMBLE a  publié un bénéfice non GAAP de 1,59$ par action pour le deuxième trimestre de l’exercice, contre 1,66$ un an plus tôt. Au deuxième trimestre de son exercice décalé, P&G a affiché un C.A de 20,8Mds$, soit 1% de moins qu’un an plus tôt.

  • S&P 500 : -0,85% (3.895 pts)
  • NASDAQ : -1,02% (10.838 pts)
  • DOW JONES : -0,67% (33.074 pts)

MATIÈRES PREMIÈRES

À la clôture des marchés européens, les cours du pétrole évoluaient dans le vert : Le WTI et le BRENT montaient de +1,38% et +1,52% à 80,67$ et à 86,31$ (Contrat Futures Février et Mars 2023).

MARCHÉS TAUX

Sur la journée, les rendements à 10 ans se sont écartés en Europe et aux Etats-Unis et resserrés au Royaume-Uni.

Rendements des Obligations d’États à 10 ans sur la journée de Jeudi :

  • 10 ans allemand : +2,05% (+4,0 bps)
  • 10 ans américain : +3,40% (+3,6 bps)
  • 10 ans anglais : +3,26% (-3,9 bps)
  • 10 ans français : +2,47% (+3,9 bps)
  • 10 ans italien : +3,76% (+1,8 bps)
  • 10 ans espagnol : +2,98% (+3,5 bps)
  • 10 ans portugais : +2,84% (-11,2 bps)

MACROECONOMIE

JAPON : Le déficit commercial en décembre 2022 s’est creusé d’une année sur l’autre, passant de 603,1 milliards de yens à 1 449 milliards de yens, la croissance des importations ayant dépassé l’augmentation des exportations.

 ETATS-UNIS : Les inscriptions au chômage ont diminué la semaine dernière, à 190.000 contre 205.000 la semaine précédente.

– Le Département du Commerce a fait état d’un repli de 1,4% des mises en chantier de logements le mois dernier, à 1.382.000 en rythme annualisé.

– Les permis de construire de logements américains -censés préfigurer les mises en chantier futures-, se sont aussi affaissés, de 1,6% à 1.330.000 en rythme annualisé en décembre.

– L’indice Philly FED, est remonté à -8,9 après être tombé -13,7 en décembre. Le sous-indice de l’emploi s’est nettement amélioré, passant de -0,9 à +10,9 d’un mois sur l’autre, tout comme celui des nouvelles commandes, qui a progressé tout en demeurant en territoire négatif, à -10,9.

LES INDICATEURS ECONOMIQUES DE DEMAIN

Vendredi, nous aurons : les ventes au détail au Royaume-Uni, l’IPP en Allemagne et les ventes de logements existants aux Etats-Unis. 

DISCLAIMER

Ce document est conçu exclusivement à des fins d’information. Financial Networking Group décline toute responsabilité en cas d’altération, déformation ou falsification dont ce document pourrait faire l’objet. Toute modification, utilisation ou diffusion non autorisée, en tout ou partie de quelque manière que ce soit est interdite. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les informations contenues dans cette publication sont basées sur des sources que nous considérons fiables, mais nous ne garantissons pas qu’elles soient exactes, complètes, valides ou à propos. Le support non contractuel ne constitue en aucun cas une recommandation, une sollicitation d’offre, ou une offre d’achat, de vente ou d’arbitrage, et ne doit en aucun cas être interprété comme tel.

Total
0
Shares
Prev
Nouvelle convention fiscale belgo-française : ce qu’il faut savoir
Next
Comment les marchés ont-ils terminé 2022 et quelles sont les perspectives d’Amundi pour l’année à venir ?