Une journée sur les marchés : le 23.02.23

Que retenir de la journée :
Les indices actions européens ont fini en légère hausse, perdant une partie de leurs gains en fin de séance après une nouvelle vague de résultats d’entreprises plutôt bien accueillis et malgré l’annonce d’un ralentissement moins marqué qu’initialement estimé de l’inflation dans la zone euro en janvier.
La croissance du PIB au T4 2022 aux Etats-Unis a été révisée en baisse à 2,7% au lieu des 2,9% initialement.
La banque centrale sud-coréenne a maintenu son taux de base inchangé à 3,50 % pour la période inter-réunion, malgré les prévisions selon lesquelles l’inflation continuera d’être supérieure au niveau cible tout au long de l’année, bien qu’elle doive s’atténuer.

Marchés actions

Performance des indices actions européens sur la journée de Jeudi : FTSE MIB +0,76% (27.302 pts), IBEX 35 (9.230 pts), DAX INDEX +0,49% (15.475 pts), EURO STOXX 50 +0,36% (4.258 pts), CAC 40 +0,25% (7.317 pts), FTSE 100 -0,29% (7.907 pts).

Les indices actions européens ont fini en légère hausse, perdant une partie de leurs gains en fin de séance après une nouvelle vague de résultats d’entreprises plutôt bien accueillis et malgré l’annonce d’un ralentissement moins marqué qu’initialement estimé de l’inflation dans la zone euro en janvier.

Coté BCE, La banque centrale a annoncé ne pas avoir dégagé de bénéfice en 2022, une reprise de provision pour risques financiers ayant contrebalancé l’augmentation de ses intérêts versés aux banques centrales nationales et des moins-values latentes sur des titres en portefeuille.

Coté Résultats, AXA (+3,24%) a publié un chiffre d’affaires quasi stable (+2%) en 2022 à 102,3 milliards d’euros, mais un bénéfice net en baisse de 8% à 6,68 milliards d’euros, grevé par la perte de valeur de certains actifs.

ACCOR (+1,93%) a affiché un excédent brut d’exploitation de 675M€ pour l’année 2022, meilleur qu’attendu. Pour 2023, le groupe vise un RevPAR en hausse entre 5% et 9% par rapport à l’année dernière.

ANGLO AMERICAN PLC (-2,46%) : Au cours de l’exercice de 12 mois clos le 31 décembre 2022, le bénéfice attribuable aux actionnaires a chuté à 4,51Mds$, contre 8,56Mds$, l’année précédente. Le BPA a baissé à 3,68 $, contre 6,84 $. Les revenus ont diminué, passant de 41,55 milliards de dollars à 35,12 milliards de dollars.

BAE SYSTEMS (-0,02%) a déclaré pour 2022 un chiffre d’affaires de 21.258M£, contre 19.521M£ l’année précédente. Le bénéfice net s’est élevé à 1.591M£, contre 1.758M£ un an plus tôt.

BOUYGUES (+2,01%) a annoncé un bénéfice opérationnel courant annuel de 1,96Md€, contre 1,69Md€ en 2021. En 2023, Bouygues prévoit un C.A proche des 44,32Mds€ de 2022.

ARKEMA (+1,57%) : En 2022, l’Ebitda[2] a augmenté de 22,2% en données publiées, à 2,11Mds€. Il fait ressortir une marge d’Ebitda de 18,3%, contre 18,1% en 2021. Arkema visait un Ebitda de 2,1Mds€, en croissance d’environ 20% à périmètre constant.

DEUTSCHE TELEKOM AG (+0,45%) : Le bénéfice attribuable aux propriétaires de la société mère pour l’exercice clos le 31 décembre 2022 s’est élevé à 8Mds€, contre 4,18Mds€ il y a un an. Le BPA s’est établi à 1,61€, contre 0,87€. Le revenu net a été enregistré à 114,20Mds€, contre 107,61Mds€.

ENI SPA (-5,36%) a annoncé avoir plus que doublé son bénéfice net en 2022 à 13,8Mds€. Au quatrième trimestre, le groupe a subi une baisse de 84% de son bénéfice net à 550M€. Le C.A a bondi de 73% à 132,2Mds€ en 2022, un résultat nettement supérieur aux attentes des analystes qui tablaient sur 117,7 Mds€.

ESSILORLUXOTTICA (-4,24%) a affiché un C.A à 6,11Mds€ au cours du quatrième trimestre, en progression de 9,4% sur un an à un taux de change courants. Le C.A a atteint 24,5 milliards d’euros, en hausse de 13,9 % par rapport à 2021 en données comparables. Le titre reste cependant en hausse de plus de 5% sur un an.

GETLINK (-2,69%) a publié des résultats inférieurs aux attentes des analystes au titre de l’exercice 2022, en raison d’éléments exceptionnels. Sur 2022, il a enregistré un bénéfice net de 252M€.

HEIDELBERG MATERIALS (+0,87%) a déclaré s’attendre à ce que le C.A en 2023 augmente encore par rapport au record historique de 21,1Mds€ enregistré en 2022.

KNORR-BREMSE AG (+2,44%) : le C.A a grimpé de près de 7% à 7,1Mds€ . Le résultat d’exploitation avant intérêts et impôts (Ebit[5]) a toutefois baissé à près de 795M€, alors qu’un an auparavant, Knorr-Bremse avait encore réalisé un peu plus de 908M€.

MONDI (- 4,81%) : Le bénéfice attribuable aux actionnaires pour l’exercice clos le 31 décembre 2022 s’est élevé à 1,45 milliard d’euros, contre 756M€ il y a un an. Le bénéfice par action s’est établi à 2,992€, contre 1,558€. Le C.A du groupe d’emballage et de papier a été enregistré à 8,90Mds€ contre 6,97Mds€.

MUNICH RE (-1,76%) : Le bénéfice attribuable aux actionnaires pour l’exercice clos le 31 décembre 2022 s’est élevé à 3,43 milliards d’euros, contre 2,93Mds€ un an plus tôt. Le BPA s’est établi à 24,63€, contre 20,93€. Au 4ème trimestre, le bénéfice net du groupe a atteint plus de 1,5md€, contre 871M€ un an plus tôt.

SEB (+4,97%) a publié des résultats en baisse par rapport à 2021. Le résultat net s’élève à 316 M€, en baisse de 30,3% et les ventes sont en repli de 4,7%, à 7,96 Mds€.

SAINT GOBAIN (-0,32%) a affiché un revenu annuel record, supérieur aux attentes des analystes, dans un contexte d’inflation élevée. Le C.A s’est élevé à 51,2Mds€, en hausse de 15,9 % par rapport à 2021. Saint-Gobain proposera le versement d’un dividende de 2 euros par action au titre de l’exercice 2022

SOLVAY (-0,9%) a annoncé avoir poursuivi son redressement post-Covid, dégageant sur l’année un bénéfice net de +67,6% à 1,74Mds€, alors qu’il prépare pour décembre sa scission en deux sociétés.

TELEFÓNICA (+1,52%) a enregistré un bénéfice net plus élevé que prévu de 2,01Mds€ en 2022. Le bénéfice a chuté de 42 % pour atteindre 12,85Mds€ sur un C.A global de 39,99Mds€, contre 39,28 mds€ un an plus tôt.

ROLLS-ROYCE (+23,7%) : La perte nette est ressortie à 1,3Md£ contre un bénéfice de 120M un an plus tôt.

Le groupe a vu son C.A s’envoler de 21% à 13,5Mds£, et son bénéfice d’exploitation de 63% à 837M£, porté par une augmentation des commandes.

VALEO (+1,54%) vise un C.A compris entre 22 et 23Mds€en 2023 et table sur une marge opérationnelle située entre 3,2% et 4,0%. L’an dernier, le C.A annuel du groupe s’est établi à 20,03Mds€ (+16%) pour une marge opérationnelle de 3,2%, en repli de 0,8 point.

WPP (+3,44%) : Le bénéfice attribuable aux actionnaires s’élève à 1,1Md£, contre 954M£il y a un an. Le bénéfice par action s’est établi à 0,985£, en hausse par rapport à 0,785£. Le revenu a été enregistré à 14,43Mds£, contre 12,8Mds£.

 Plus tôt ce matin Les indices actions asiatiques ont clôturé en baisse (excepté le KOSPI) : KOSPI +0,89% (2.439 pts), CSI 300[3] -0,08% (4.103 pts), SHANGHAI COMP -0,11% (3.287 pts), HANG SENG -0,24% (20.378 pts), SHENZHEN COMP -0,24% (2.154 pts), ASX 200 -0,40% (7.285 pts), TOPIX -1,11% (1.975pts). La banque centrale sud-coréenne a maintenu son taux de base inchangé à 3,50 % pour la période inter-réunion, malgré les prévisions selon lesquelles l’inflation continuera d’être supérieure au niveau cible tout au long de l’année, bien qu’elle doive s’atténuer.

 À la clôture des marchés européens, les indices actions américains évoluaient en baisse. Les minutes ont indiqué que très peu de membres du comité étaient en faveur d’une hausse de 50 bps le 1er février, début de dissociation entre les conditions d’une pause dans la hausse des taux et celles d’un maintien des taux à un niveau élevé. NVIDIA, un des leaders du marché dans les puces appliquées à l’intelligence artificielle, bondissait de plus de 13%, après ses résultats annuels, supérieurs aux estimations des analystes.

  • S&P 500 : -0,14% (3.985 pts)
  • NASDAQ : -0,47% (11.452 pts)
  • DOW JONES[4] : -0,50% (32.877 pts)

Matières premières

À la clôture des marchés européens, le WTI et le BRENT montaient de +1,46% et +1,39% à 75,11$ et 81,80$ le baril (Contrat Futures Avril 2023).

Marchés taux

Sur la journée, les rendements à 10 ans se sont resserrés en Europe et aux Etats-Unis.

Rendements des Obligations d’États à 10 ans sur la journée de Jeudi :

  • 10 ans américain : +3,89% (-1,9 bps)
  • 10 ans anglais : +3,58% (-1,0 bps)
  • 10 ans allemand : +2,47% (-4,2 bps)
  • 10 ans français : +2,95% (-4,4 bps)
  • 10 ans italien : +4,37% (-7,8 bps)
  • 10 ans espagnol : +3,43% (-5,8 bps)
  • 10 ans portugais : +3,34% (-6,0 bps)

Macroéconomie

ZONE EURO : L’indice des prix à la consommation[1] calculé aux normes européennes a affiché une hausse de 8,6% en rythme annuel, contre +8,5% en première estimation.

 ETATS-UNIS : La croissance du PIB au T4 2022 a été révisée en baisse à 2,7% au lieu des 2,9% initialement.

– Les demandes d’allocations chômage ont diminué à 192k au cours de la semaine terminée le 18 février, contre 195k la semaine précédente.

– Au T4, les dépenses personnelles des consommateurs sont passés d’une augmentation de 2,1% à un gain de 1,4%.

– L’indice des prix du PIB a été révisé à la hausse à 3,9 %, contre un gain de 3,5 % dans l’estimation préalable.

– L’indice manufacturier mensuel de la Fed de Kansas City a augmenté pour atteindre une lecture de 0 en février, contre moins-1 en janvier.

 ALLEMAGNE : l’enquête ifo[6] sur les attentes en matière d’exportations a chuté à 3,8 en février, contre 4,1 en janvier.

Les indicateurs économiques de demain

Vendredi, nous aurons l’IPC au Japon, le PIB Allemand et Français du T4, le PCE[7] Core, les dépenses des ménages, l’indice du Michigan de confiance des consommateurs et les ventes de logements neufs aux Etats-Unis.

Ce document est conçu exclusivement à des fins d’information. Financial Networking Group décline toute responsabilité en cas d’altération, déformation ou falsification dont ce document pourrait faire l’objet. Toute modification, utilisation ou diffusion non autorisée, en tout ou partie de quelque manière que ce soit est interdite. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les informations contenues dans cette publication sont basées sur des sources que nous considérons fiables, mais nous ne garantissons pas qu’elles soient exactes, complètes, valides ou à propos. Le support non contractuel ne constitue en aucun cas une recommandation, une sollicitation d’offre, ou une offre d’achat, de vente ou d’arbitrage, et ne doit en aucun cas être interprété comme tel.

Termes et définitions
1. indice des prix à la consommation. L’indice des prix à la consommation (IPC) est un indicateur économique qui mesure l’évolution des prix des biens…
2. EBITDA ( Ebitda ) L’EBITDA (Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation, and Amortization) est une mesure de la performance financière d’une entreprise. En…
3. CSI 300 ( CSI 300 ) Le CSI 300 est un indice boursier chinois qui représente les 300 actions les plus importantes cotées sur les bourses de Shanghai et de Shenzhen.
4. Dow Jones ( DOW JONES ) Le Dow Jones Industrial Average (DJIA) est un indice boursier des États-Unis composé des 30 plus grandes entreprises…
5. EBIT ( Ebit ) L'EBIT (Earnings Before Interest and Taxes), ou Résultat Opérationnel en français, est un indicateur financier clé utilisé pour évaluer la performance d'une entreprise.
6. ifo. L’Institut IFO est un centre de recherche économique basé en Allemagne, à Munich, fondé en 1949. Il est…
7. PCE ( PCE ) L’indicateur PCE, ou “Personal Consumption Expenditures”, est une mesure statistique de la consommation personnelle des ménages aux États-Unis.…
Prec.
Macroéconomie : des données encourageantes, mais très volatiles
Suiv.
Investissement immobilier : l’impact de la politique des banques centrales
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.