Épargne salariale | Les actualités économiques et financières

Désormais ouverte aux PME et TPE, une solution d’épargne salariale et retraite 100% sur-mesure et digitalisée

Gay-Lussac Gestion est une société de gestion bientôt trentenaire qui a développé ses expertises dans la gestion privée, la gestion d’actifs, avec une forte notoriété en microcap et Smallcaps internationale et l’épargne salariale.

Nous avons rencontré  Adrien Blum, directeur général et associé de Gay-Lussac Gestion et Lotfi Lahiba, responsable épargne salariale et retraite. Ils ont rappelé les facilités nouvelles créées par la loi PACTE et sont revenus sur le rôle qu’a pris Gay-Lussac dans la mini révolution qui a suivi.

Quel a été l’apport de la loi PACTE votée en 2019 dans l’épargne salariale et l’épargne retraite ?

Lotfi Lahiba – En 2019, seulement 35% des entreprises entre 100 et 250 salariés étaient équipées de solutions d’épargne salariale. La loi PACTE a créé des mesures qui simplifient  l’instauration de plans d’intéressement ou d’épargne salariale en fonction des tailles des entreprises (par exemple, simplification administrative et suppression des forfaits fiscaux).

Cette loi vise essentiellement à faciliter le partage de la valeur créée par l’entreprise avec ses salariés. Elle est un formidable outil pour avancer et elle permet à la direction de l’entreprise de se concentrer sur l’explication et le dialogue avec les collaborateurs autour de l‘épargne salariale. Il reste souvent une charge administrative importante mais il existe des solutions qui l’ ont grandement allégée.

Adrien Blum : Les objectifs du gouvernement lors de la mise en place de la loi PACTE étaient  déjà ambitieux. On passe aujourd’hui un cap vers la démocratisation de ces solutions, qui étaient jusqu’à présent largement réservées aux salariés des grands groupes et entreprises.

Les avantages pour les salariés sont assez connus, mais comment convaincre les entreprises, notamment les petites entreprises, de mettre en place un plan d’épargne salariale et retraite pour les collaborateurs ?

Lotfi Lahiba – Il y a beaucoup de raisons. La première est la rétention des salariés par le mécanisme de « rémunération différée » qui est aussi fiscalement attractif pour les collaborateurs. C’est aussi un outil efficace pour les entreprises qui permet  de mieux maîtriser les coûts salariaux en proposant des avantages sociaux et financiers. Enfin, la loi PACTE a supprimé le forfait social de 20% pour les petites et moyennes entreprises depuis 2019.

Adrien Blum – Cela étant dit, les entreprises ont besoin de solutions flexibles, adaptées à leurs besoins, capables d’évoluer dans le temps. Pendant longtemps les plans d’épargne salariale faisaient preuve de peu de souplesse, sauf si vous étiez une grande entreprise du CAC 40. C’est à partir de ce constat que les équipes de Gay-Lussac Epargne ont lancé une offre radicalement nouvelle, ouverte à tous quelle que soit la taille de l’entreprise  et construite 100% sur-mesure.

Qu’est-ce que votre solution 100% sur-mesure et digitalisée apporte aux entreprises ?

Adrien Blum – La personnalisation de cette solution est capitale pour un dirigeant d’entreprise qui souhaite mettre en place un dispositif d’épargne salariale. C’est pourquoi nous avons intégré toutes les options prévues par la règlementation au sein de nos parcours digitaux.

Cette diversité d’options offre une large palette de choix aux entreprises, permettant de personnaliser à 100% leur offre en fonction de leur attentes, besoins ou typologie.

Nos parcours digitaux offrent toutes les options prévues par la règlementation tout en permettant aux entreprises de choisir en fonction de leurs besoins la (les) solution(s) adaptée(s).  Le(s) solutions sont bien créées par l’entreprise elle-même pour ses salariés.

Jusqu’au printemps dernier, seules les grandes entreprises disposaient de solutions taillées sur mesure. Les dirigeants de PME ne trouvaient pas leur compte dans les offres standards.

Nous avons ouvert la brèche en leur offrant ce qui leur manquait. L’épargne salariale rendue ainsi accessible aux TPE et PME, permet de fidéliser les collaborateurs, de renforcer leur implication dans la vie de l’entreprise et notre formule 100% sur mesure et numérique particulièrement appropriée maintenant que l’inflation gagne notre économie.

Lotfi Lahiba – Notre offre est aussi dynamique à l’image des PME et des ETI françaises. Chaque année, nous  réévaluons le dispositif pour l’adapter le cas échéant aux besoins évolutifs de l’entreprise et de ses salariés.

Quelles sont les variables qui s’adaptent en fonction des besoins des entreprises dans le cadre d’une solution d’épargne salariale ?

Adrien Blum – Elles sont extrêmement nombreuses et nous avons la chance chez Gay Lussac Gestion de nous appuyer sur toutes les expertises maisons : Gestion privée, Gestion collective et Épargne salariale et retraite. Nous avons des collaborateurs qui sont là depuis la création et donc nous avons une grande expertise au service de ce « sur-mesure ».

Lotfi Lahiba – Une entreprise qui veut mettre en place un plan d’intéressement doit rendre son versement conditionné à l’atteinte d’objectif(s) (KPI) mesurable(s). Chez Gay-Lussac Gestion, nous travaillons en collaboration avec les entreprises pour déterminer les objectifs les plus pertinents  compte tenu de leur activité, de leur développement et de la typologie de leurs salariés.

Nous pouvons aussi adapter l’offre de supports de placement disponibles et proposer une gamme de fonds la plus diversifiée possible avec des frais maîtrisés, compte tenu des besoins identifiés. Nous avons non seulement notre gamme de fonds maison (Cinq fonds : actions, obligataires, ou mixtes, à dimension solidaire, dont deux fonds labélisés Finansol), mais nous avons également établi un partenariat avec Amundi, numéro 1 de la gestion administrative de l’épargne salariale et retraite afin de bénéficier de son complément d’expertise en matière de tenue de compte.

Nous pouvons adapter le parcours digital des bénéficiaires aux besoins de l’entreprise et , aux différents niveaux de flexibilité requis et de connaissance financière des salariés.

L’objectif et donc le facteur différentiant est justement la qualité de ce « sur-mesure », de l’ingénierie financière que nous pouvons proposer et du service apporté en continu. Nous avons par exemple mis en place des formations à destination des services de ressources humaines relatives aux solutions et à la diversité des options qui s’offrent à leur entreprise. Des formations relatives aux instruments financiers existent aussi pour les collaborateurs afin de s’assurer d’une bonne connaissance et d’un bon usage des solutions proposées.

Quels sont vos objectifs en matière de collecte ?

Adrien Blum – Grâce à notre offre qui facilite grandement l’épargne salariale dans les PME, nous prévoyons de doubler nos encours en épargne salariale d’ici 2 ans. L’accueil que nous recevons auprès des entreprises conforte notre perspective.

Lotfi Lahiba – Cela fait plus de 17 ans que je travaille sur les solutions d’épargne salariale et retraite, et je suis extrêmement fier de la solution que nous avons construite. Nous avons mis en place la première solution, 100% sur-mesure et digitalisée, flexible aux besoins de tout type d’entreprises, même des plus petites structures. Nous avons construit notre solution dans l’optique de mettre à profit toutes les subtilités de la réglementation et permettre à un plus grand nombre de salariés de profiter de ces mécanismes extrêmement avantageux. C’est le moment pour les TPE et PME de mettre en place un plan d’épargne salariale pour contrer les effets de l’inflation et rassurer les collaborateurs.

Adrien Blum – Ces objectifs recouvrent l’ensemble de nos capacités, que ce soit la mise en place de plan d’épargne salariale et d’épargne retraite, d’accords d’intéressement et de participation, ou bien même des fonds d’actionnariat salarié sur le coté ou le non-coté. La qualité et diversité des expertises chez Gay-Lussac Gestion nous permettent de répondre aux besoins d’une grande typologie d’entreprises.

Prec.
Le “quoiqu’il en coûte ” de Powell contre l’inflation provoque de nouveaux dégagements sur les marchés financiers
Suiv.
Mobilisation générale… contre l’inflation