Winning by not losing

Investir est un jeu de long terme, et pour le gagner, encore faut-il être là à la fin de la partie. Chez Monocle, nous suivons le conseil de Carl Jacobi (« Invert, always invert ! ») et adoptons un comportement qui assure la pérennité de notre portefeuille plutôt que de maximiser les résultats à court terme. Après tout, notre rôle premier est déjà de préserver le capital qui nous a été confié.  

On s’attache donc à éviter les « fautes directes » pour reprendre le vocabulaire du tennis : erreur de sizing, valorisation sans fondement, management malhonnête… En somme, nous évitons de faire des bévues qui nous placeraient dans les prétendants aux Darwin Awards de l’investissement : gagner en évitant de perdre.  

Notre positionnement actuel reflète cette philosophie. Il est défensif non pas par volonté de l’être ex-ante mais par conséquence de notre process : si nous ne trouvons pas d’investissement satisfaisant, nous n’investissons pas (de l’importance de savoir être patient et discipliné, comme nous l’écrivions il y a quelques semaines). 

Concrètement, cela se reflète dans notre portefeuille, en particulier du côté des actions. Nous sommes investis dans 4 entreprises aux profils différents : 

  • BioNtech dont nous avons déjà parlé dans le Billet de la semaine passée ; 
  • Galapagos qui traite avec une valeur d’entreprise négative, c’est-à-dire que le cash qu’elle détient au bilan est supérieur à sa capitalisation boursière ; 
  • Pershing Square dont la décote est de 35% par rapport à ses actifs côtés, et que le management, rationnel à nos yeux, cherche à réduire ; 
  • Capri, en passe d’être racheté par Tapestry pour 57$/action. 

Chacune de ces lignes, largement décorrélées les unes des autres, nous offre une large marge de sécurité par rapport à leur valeur intrinsèque. L’essentiel du reste de notre portefeuille est également investi de façon conservatrice. 

Nous sommes conscients d’être à rebours du reste, et sans doute d’être « short social acceptance », selon l’expression de Matthew MacLennan. Mais comme l’écrivait Charles la semaine passée, ce positionnement nous permet d’être tranquilles et de nous préparer à saisir les opportunités que ne manquera pas de nous offrir l’environnement actuel. 

Prec.
La Chine dissimule le chômage des jeunes en juillet
Suiv.
Les vagues de chaleur : un impact économique désormais mesurable
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.