Y a-t-il un risque d’effets cumulatifs de destruction de l’industrie?

Nous nous interrogeons sur l’existence ou non du risque suivant : dans les pays où l’industrie a commencé à se contracter, peut-il apparaître une dynamique où l’industrie se contracte de plus en plus, par exemple :

  • parce que les qualifications industrielles disparaissent ;
  • parce que les synergies entre entreprises, entre recherche et entreprises, l’écosystème industriel disparaissent ;
  • parce qu’il y a des rendements d’échelle croissants dans l’industrie, et que sa contraction la rend inefficace.

Si ces mécanismes sont présents, la dynamique de l’industrie est divergente : quand elle se contracte, elle se contracte ensuite encore plus.

Regardant les productions industrielles, l’emploi dans l’industrie manufacturière, les balances commerciales industrielles, nous voyons qu’au contraire il y a force de rappel : une situation dégradée de l’industrie conduit à une amélioration ultérieure. Il n’y a pas de caractère irréversible de la dégradation de l’industrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
Etats-Unis : le Sénat adopte un vaste plan pour le climat
Suiv.
Sur quoi repose le rebond des marchés financiers en juillet ?
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.