Un drapeau européen avec un couché de soleil.

Zone Euro : La situation se complique pour la BCE

La perspective d’un arrêt des exportations de gaz russe vers l’Europe de l’Ouest constitue un risque important pour la croissance. Tous les pays ne sont pas concernés au même niveau, mais l’Allemagne, première économie de la zone euro, est particulièrement exposée. Le pays importait près de la moitié de son gaz de Russie en 2021. La demande provient principalement du chauffage domestique et de l’industrie, et dans une moindre mesure de la production d’électricité. En cas de rationnement, l’économie allemande pourrait donc connaître une récession. Ceci explique la nécessité, pour les Européens, de remplir rapidement les capacités de stockage et de trouver d’autres sources d’approvisionnement. Cette récession serait cependant purement exogène : son ampleur dépendrait notamment des mesures budgétaires prises pour répondre à la crise.

Ce choc, qui n’est pas encore avéré, interviendrait dans une économie européenne qui se porte bien. On observe certes un repli des indices PMI**, mais ceux-ci restent cohérents avec une croissance de l’ordre de 1,0% en rythme annualisé. Le PMI composite a baissé depuis deux mois pour atteindre 52,0 points. Le PMI manufacturier se situe à 52,1, celui des services à 53,0. À en juger par les données de ventes au détail et les immatriculations, la consommation de biens semble s’être contractée au deuxième trimestre, mais ces données excluent le secteur des services. Or, si l’on en juge par les composantes de l’enquête de la Commission européenne sur la demande, l’activité des services semble mieux orientée que celle du commerce de détail. La production industrielle reste par ailleurs solide. En revanche, le commerce extérieur risque de peser, les volumes d’importation ayant fortement augmenté en avril. Après un solide premier trimestre, une modération de la croissance est donc à attendre au T2 compte tenu des chocs intervenus, mais le taux de chômage a continué de baisser pour atteindre 6,6% en mai.

L’inflation sous-jacente a été un peu inférieure aux attentes, à +3,7% contre +3,9% attendu, mais cela s’explique notamment par l’effet du « forfait à 9 euros » en Allemagne, permettant un usage illimité des transports publics durant l’été pour réduire leur coût. L’inflation globale atteint quant à elle un nouveau point haut à +8,6% en juin (sur 12 mois).

L’affaire du gaz crée donc un risque de récession exogène, mais aussi celui d’un nouveau choc inflationniste, augmentant le risque d’un dérapage des anticipations. Ce choc pourrait être brutal pour la croissance. C’est précisément face à cet arbitrage entre croissance et maîtrise de l’inflation que la BCE risque de se retrouver confrontée. Il est peu probable qu’elle revienne sur son engagement de remonter son taux directeur de 25 points de base fin juillet et qu’elle ne ramène pas son taux de dépôt en territoire positif à la réunion suivante, mais ses choix lors des réunions suivantes dépendront sans doute de l’évolution des livraisons de gaz en Europe.

** PMI : Purchasing Managers Index. Les indices PMI sont des indicateurs de confiance qui synthétisent les résultats des enquêtes menées auprès des directeurs d’achats des entreprises. Une valeur supérieure à 50 indique un sentiment positif dans le secteur concerné (manufacturier ou service).

Voir aussi : https://lazardfreresgestion-tribune.fr/point-conjoncturel-mai-2022/

L’opinion exprimée ci-dessus est datée du 15 juillet 2022 et est susceptible de changer.

Ce document n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Les analyses et/ou descriptions contenues dans ce document ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Lazard Frères Gestion SAS. Ce document ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement. Ce document est la propriété intellectuelle de Lazard Frères Gestion SAS. LAZARD FRERES GESTION – S.A.S au capital de 14.487.500€ – 352 213 599 RCS Paris 25, RUE DE COURCELLES – 75008 PARIS.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Prec.
Que vont faire apparaître les écarts de démographie entre les pays de la zone euro ?
Suiv.
Le risque haussier de l’inflation et corollairement celui de la récession sera le thème dominant du 2ème trimestre
Pour aller plus loin