Zone euro : nouvelle croissance des salaires au 1er trimestre

La BCE vient de publier son estimation de l’évolution des salaires négociés par convention collective au premier trimestre en zone euro. Alors qu’un ralentissement était attendu, cette mesure reste sur une progression élevée à +4,7%. Cette donnée va-t-elle empêcher la BCE de baisser ses taux en juin ?

NOTRE ANALYSE

Cette mesure prend uniquement en compte l’évolution des salaires découlant des négociations collectives dans les entreprises européennes. De nombreux autres éléments peuvent jouer sur la croissance globale des salaires. Par ailleurs, ces négociations collectives portent souvent sur plusieurs années.

La BCE publie d’ailleurs une estimation de l’évolution de ces salaires sur la base des mesures prises pour toute la durée couverte par les négociations collectives, y compris des augmentations échelonnées sur plusieurs trimestres ou années. Dans un blog accompagnant la publication du chiffre du premier trimestre, les économistes de la BCE constatent que cette trajectoire à venir est plus basse que ce qui était estimé en décembre dernier.

Le deuxième point permettant de relativiser ce chiffre est qu’il semble lié à une évolution particulièrement forte en Allemagne, liée à des paiements exceptionnels sur ce trimestre. Enfin, l’indice de suivi des rémunérations des offres d’emploi, calculé par la banque centrale d’Irlande, ralentit encore en avril.

Il semble donc peu probable que ce chiffre, certes un peu plus élevé qu’attendu, empêche la BCE de baisser ses taux en juin, étant donné le nombre de membres du comité de politique monétaire s’étant exprimés en ce sens. En revanche, si les salaires venaient à ralentir moins vite que prévu, cela pourrait amener la BCE à attendre davantage avant de réitérer cette action.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
Cuivre, argent, or : les matières premières en feu ?
Suiv.
La chronique IsoBourse du 25 mai 2024
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.